• Terre brûlée au vent
    Des landes de pierres
    Autour des lacs, c'est pour les vivants
    Un peu d'enfer, le Connemara
    Des nuages noirs qui viennent du nord
    Colorent la terre, les lacs, les rivières
    C'est le décor du Connemara

    Au printemps suivant, le ciel irlandais était en paix
    Maureen a plongé nue dans un lac du Connemara
    Sean Kelly s'est dit 'je suis catholique', Maureen aussi
    L'église en granit de Limerick, Maureen a dit oui
    De Tipperary, Barry-Connely et de Galway
    Ils sont arrivés dans le comté du Connemara
    Y'avait les Connors, les O'Connolly, les Flaherty du Ring of Kerry
    Et de quoi boire trois jours et deux nuits

    Là-bas au Connemara
    On sait tout le prix du silence
    Là-bas au Connemara
    On dit que la vie, c'est une folie
    Et que la folie, ça se danse

    Terre brûlée au vent, des landes de pierres
    Autour des lacs, c'est pour les vivants
    Un peu d'enfer, le Connemara
    Des nuages noirs qui viennent du nord
    Colorent la terre, les lacs, les rivières
    C'est le décor du Connemara

    On y vit encore au temps des Gaëls et de Cromwell
    Au rythme des pluies et du soleil
    Aux pas des chevaux
    On y croit encore aux monstres des lacs
    Qu'on voit nager certains soirs d'été
    Et replonger pour l'éternité
    On y voit encore
    Des hommes d'ailleurs venus chercher
    Le repos de l'âme et pour le coeurà un goût de meilleur
    L'on y croit encore
    Que le jour viendra, il est tout près
    Où les Irlandais feront la paix autour de la Croix

    Là-bas au Connemara
    On sait tout le prix de la guerre
    Là-bas au Connemara
    On n'accepte pas
    La paix des Gallois
    Ni celle des rois d'Angleterre


    votre commentaire
  • Y'a pas de voiles aux volets de mes frères
    Y'a pas d'opale autour de mes doigts
    Ni cathédrale ou cacher mes prières
    Juste un peu d'or autour de ma voixJe vais les routes et je vais les frontières
    Je sens, j'écoute, et j'apprends, je vois
    Le temps s'égoutte au long des fuseaux horaires
    Je prends, je donne, avais-je le choix?Tel est mon destin
    Je vais mon chemin
    Ainsi passent mes heures
    Au rythme entêtant des battements de mon cœurDes feux d'été, je vole aux sombres hivers
    Des pluies d'automne aux étés indiens
    Terres gelées aux plus arides déserts
    Je vais je viens, ce monde est le mienJe vis de notes et je vis de lumière
    Je virevolte à vos cris, vos mains
    La vie m'emporte au creux de tous ses mystères
    Je vois dans vos yeux mes lendemains
    Tel est mon destin
    Je vais mon chemin
    Ainsi passent mes heures
    Au rythme entêtant des battements de mon cœur
    Aux battements de mon cœur
    Je vais les routes et je vais les frontières
    Je sens, j'écoute, et j'apprends, je vois
    Le temps s'égoutte au long des fuseaux horaires
    Je prends, je donne, avais-je le choix?
    Je prends le blues aux signaux des répondeurs
    Je prends la peine aux aéroports
    Je vis l'amour à des kilomètres ailleurs
    Et le bonheur à mon téléphone
    Tel est mon destin
    Je vais mon chemin
    Ainsi passent mes heures
    Au rythme entêtant des battements de mon cœur
    Aux battements de mon cœur
    Tel est mon destin
    Je vais mon chemin
    Ainsi passent mes heures
    Au rythme entêtant des battements de mon cœur
    Tel est mon destin
    Je vais mon chemin
    Ainsi passent mes heures
    Au rythme entêtant des battements de mon cœur

    votre commentaire
  • Chante la vie chante
    Comme si tu devais mourir demain
    comme si plus rien n'avait d'importance
    Chante, oui chante
    Aime la vie aime
    Comm' un voyou comm' un fou comm' un chien
    Comme si c'était ta dernière chance
    Chante oui chante

    Tu peux partir quand tu veux
    Et tu peux dormir où tu veux
    Rêver d'une fille
    Prendre la Bastille
    Ou claquer ton fric au jeu
    Mais n'oublie pas

    Chante la vie chante
    Comme si tu devais mourir demain
    comme si plus rien n'avait d'importance
    Chante, oui chante
    Fête fais la fête
    Pour un amour un ami ou un rien
    Pour oublier qu'il pleut sur tes vacances
    Chante oui chante

    Et tu verras que c'est bon
    De laisser tomber sa raison
    Sors par les fenêtres
    Marche sur la tête
    Pour changer les traditions
    Mais n'oublie pas

    Chante la vie chante (chante chante)
    Comme si tu devais mourir demain
    comme si plus rien n'avait d'importance
    Chante, oui chante
    Chante chante La la la la la la la la
    comme si tu devais
    chante à la fenêtre
    marche sur la tête
    chante, oui chante


    6 commentaires
  • Quand j’ai froid, elle se fait lumière
    Comme un soleil dans l’existence
    Quand j’ai mal, elle se fait prière
    Elle me dit tout dans un silence
    Quand je souffre, elle souffre avec moi
    Quand je ris, elle rit aux éclats
    Mes chansons sont souvent pour elle
    Elle sera toujours ma merveille

    Quand je n’suis pas à la hauteur
    Elle m’élève plus haut que le ciel
    Elle est la splendeur des splendeurs
    Elle est la sève, elle est le miel
    C’est son sang qui coule dans mes veines
    Et des souvenirs par centaines
    Bercent mon cœur de mille étoiles
    Elle est ma quête, elle est mon Graal

    Oh mon Dieu, laissez-les-moi
    Les beaux yeux de la Mama


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires